Division for Public Administration and Development Management (DPADM)
Registro | Iniciar
  Go
Africa Governance Inventory - Inventaire de la Gouvernance en Afrique


click here to visit the portal
For more information, contact:


Mrs. Valentina Resta, restav@un.org
Project Manager, Division for Public Administration and Development Management, United Nations Department of Economic and Social Affairs (UNDESA)
Coordonnatrice de l'IGA, Division de l'administration publique et de la gestion du développement du Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat de l'ONU


Mr. Musinga T. Bandora, musinga.t.bandora@undp.org
Adviser, Regional Bureau for Africa, United Nations Development Programme (UNDP) Conseiller, Bureau régional pour l'Afrique, Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)


Mr. Alphonse Mekolo, mekolo@un.org
Inter-regional Adviser, UNDESA /DPADM Conseiller interrégional, UNDESA /DPADM

English Version

What is the AGI Web Portal?

The Africa Governance Inventory (AGI) Web Portal is an online gateway to governance-related information in Africa.

The AGI was originally developed in 1999 by the Division for Public Administration and Development Management (DPADM) of the Department of Economic and Social Affairs of the United Nations (UNDESA), with financial support from the United Nations Development Programme (UNDP) and the Government of Italy. Following the recommendations of AGI Focal Points, UNDESA has made the AGI available on the Internet to facilitate information-sharing on governance in Africa through the World Wide Web.

The AGI is a flexible management tool to assist African governments and their development partners to improve programming, coordination, monitoring, evaluation and mobilization of resources in governance. It is also useful for sharing governance experiences and promoting regional partnerships. In addition it is a dynamic tool evolving according to the needs of its users.

The AGI Web Portal provides a reliable and cost-effective tool for governance focal points in beneficiary countries to manage their country homepages, to maintain their governance databases and to provide password-protected access to development partners. The goal of the Portal is to encourage governments, the donor community, the private sector, and civil society organizations to enter and update information online on governance projects and activities.


Why was the AGI designed?

In 1998 UNDP Africa funded a pilot initiative to respond to the need for a comprehensive database on governance programmes in Africa expressed by participants at the First Africa Governance Forum in 1997. DPADM executed the initiative, entitled "Inventory of Governance Programmes in Africa". It aimed to help 14 governments and their development partners in sub-Saharan Africa improve internal coordination and programming of governance initiatives with data collection and analysis.
Implementing the first phase of the AGI began in 1999 as a follow-up to the DPADM initiative. The project, funded by UNDP Africa and executed by UNDESA/DPADM, expanded the geographical coverage of the pilot and included national capacity-building of resources coordination and planning, and data collection and management. The project aimed to strengthen national capacity to:

  • Establish priorities and identify urgent needs and financial gaps among different areas of national governance;
  • Mobilize, manage, monitor and coordinate resources to be channelled to national governance initiatives; and
  • Facilitate regional and sub-regional donor coordination, resource mobilization, and programming.

To guide local experts charged with collecting data on governance initiatives in participating countries and to keep a consistent approach during the process, UNDESA identified 10 main governance areas for classification (see Figure 1) and developed a questionnaire based on four informative sections: type of activities, classification of activities, financial resources, and project details. To capture the perceptions of governance, UNDESA reviewed the national governance programmes presented at the First Africa Governance Forum in 1997 and the findings and inputs of experts. The AGI was then structured to record, sort and search governance activities and financial figures by areas of classification.

Figure I - Main Governance Areas

AGI Focal Points indicated in 2002 that the database, initially developed in Access, should be on the Internet. To strengthen government ownership and sustainability of the AGI, a self-service portal was developed in 2003.


Brief Implementation Overview

Twenty-eight countries have participated in the AGI since 1999 (see Table 1). It now contains data on more than 2,000 governance initiatives implemented in Africa since 1980-more than $10 billion worth of projects. Most countries have updated their inventory on governance programmes more than once since 1999. AGI institutional arrangements and utilization rates vary from country to country.

Table I - AGI Implementation

YEARS ACTIVITIES
1999
  • Designed database in Access.
  • Processed data from 13 countries that participated in the pilot initiative (Cameroon, Ethiopia, Ghana, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Senegal, South Africa, Swaziland, Togo, Uganda and Zimbabwe.
2000
  • Officially launched database at AGF IV.
  • Updated data for 13 countries that participated in the 1999 phase.
  • Received data from 2 new countries (Benin and Namibia).
  • Developed database user's guide.
2001
  • Updated data for 2 countries that participated in previous phases (Uganda and Zimbabwe).
  • Received data from 5 new countries (Kenya, Nigeria, Rwanda, Somalia and Zambia).
2002
  • Updated data for 7 countries that participated in previous phases (Ghana, Mozambique, Rwanda, Senegal, Togo, Uganda and Zambia).
  • Received data from 4 new countries (Botswana, Mauritania, Niger and Tanzania).
  • Held AGI workshop in Maputo, Mozambique.
2003
  • Updated data provided by 4 countries that participated in previous phases (Benin, Madagascar Mali and Zambia).
  • Received data from one new country (Mauritius).
  • Developed AGI Web Portal and new user's guide. Redesigned the AGI as a web portal and developed new user's guide.
  • Support provided to the Department of Public Service and Administration of the Government of South Africa, through the Centre for Public Service Innovation, in the review of “Donor Support to Public Sector Reform”, undertaken in preparation for the 4th Pan African Meeting of Ministers of Public Service. AGI portal design initiated (May).
2004
  • Updated data provided by 10 countries that participated in previous phases (Cameroon, Ethiopia, Ghana, Kenya, Mozambique, Namibia, Nigeria, Rwanda, South Africa and Uganda).
  • Received data from 3 new countries (Bukina-Faso, Congo-Brazzaville and Gabon).
  • Held AGI workshop in Banjul, The Gambia (April).

The Second Phase of the AGI

UNDESA organized a two-day workshop in April 2004 in Banjul, The Gambia to review the regional process set forth by the AGI project. All governance Focal Points who attended the workshop expressed their appreciation for the AGI and its potential for promoting exchange and dissemination of data on governance activities in Africa.

Based on the recommendations from the workshop and to consolidate the achievements of the AGI, UNDP and UNDESA decided to undertake a second phase of the project, starting in 2004. In addition to the support already provided to the Africa Governance Forum, the AGI will contribute to the governance objectives in the New Partnership for Africa's Development, particularly enhancing dialogue with donors and providing an objective and reliable base for assessing governance performance.

The AGI Focal Points have indicated that the database, initially developed in Access, should be on the Internet. To strengthen government ownership and sustainability of the AGI, a self-service portal has been developed.

The second phase of the AGI aims to:

  • Develop training tools and upgrade and maintain a Portal on local, regional, and national governance initiatives in Africa.
  • Strengthen the ability of governance Focal Points to provide data and information that can enable governments and development partners to programme, monitor and evaluate governance initiatives and to better coordinate and mobilize external resources allocated or to be allocated to national governance.
  • Strengthen the ability of governments to coordinate resources allocated to governance initiatives and to mobilize additional external resources.
  • Encourage exchange of information, including on successful initiatives, lessons learned and regional partnerships.
  • Strengthen links between the AGI and governance initiatives in Africa, including the New Partnership for Africa's Development and the Africa Governance Forum.

Project Funding The AGI can affect the ability of donors, specialized agencies and multilateral organizations to respond to government priorities in different areas of governance. Representatives of African governments, donor communities and agencies of the United Nations have expressed their appreciation for the project, as shown by the support from the Government of Italy, which co-financed the project's first phase. It is hoped that donors will also share the financial burden of the second phase of the project with UNDP.
Other Documents on the AGI

French Version

Le portail sur l'Inventaire de la gouvernance en Afrique (IGA), qu'est-ce que c'est?

Le site-portail de l'Inventaire relatif à la gouvernance en Afrique (IGA) ouvre l'accès sur Internet à l'information sur la gouvernance en Afrique.

L'IGA a été développé à l'origine en 1999 par la Division de l'Administration Publique et de la Gestion du Développement (DPADM) du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies (UNDESA), avec l'appui financier du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Gouvernement italien. Suivant les recommandations des points focaux de l'IGA, UNDESA a rendu l'IGA accessible sur l'Internet pour faciliter le partage de l'information sur la gouvernance en Afrique à travers le monde électronique.

L'IGA est un outil de gestion souple dont la finalité est d'aider les gouvernements africains et leurs partenaires de développement à améliorer la programmation, la coordination, le suivi, l'évaluation et la mobilisation de ressources dans le domaine de la gouvernance. Il est utile également pour le partage des expériences en matière de gouvernance et la promotion des partenariats régionaux. De plus, il constitue un instrument dynamique de gestion appelé à changer suivant les besoins des utilisateurs.
Le site-portail de l'IGA constitue pour les points focaux en matière de gouvernance des pays bénéficiaires, un outil fiable et efficace en termes de coût pour la gestion de leurs pages d'accueil respectives, la maintenance de leurs bases de données relatives à la gouvernance et pour un accès protégé par mot de passe, aux partenaires du développement. Le but principal du site-portail est d'encourager les gouvernements, la communauté des donateurs, le secteur privé et les organisations de la société civile à insérer et mettre à jour directement sur internet les informations sur les projets et activités relatifs à la gouvernance.


Pourquoi l'IGA a-t-il été créé ?

En 1998, le Bureau Afrique du PNUD a financé une initiative pilote visant à satisfaire le besoin d'une base étendue de données sur les programmes et projets relatifs à la gouvernance en Afrique tel qu'exprimé par les participants du premier Forum sur la gouvernance en Afrique, qui s'est tenu à Addis- Abeba en 1997. La responsabilité de mise en œuvre de cette initiative, intitulée «Inventaire relatif à la gouvernance en Afrique», a été confiée à la DPADM. L'objectif de cette initiative était d'aider 14 gouvernements de l'Afrique subsaharienne et leurs partenaires de développement, à améliorer la coordination et la programmation internes des différentes initiatives relatives à la gouvernance grâce à la collecte et à l'analyse des données.

La mise en œuvre de la première phase de l'IGA a débuté en 1999 au titre du suivi de l'initiative pilote sus-mentionnée. Le projet, financé aussi par le PNUD, Bureau -Afrique, et mis en œuvre par UNDESA/DPADM, a étendu géographiquement ses activités au-delà des pays initialement couverts par l'initiative pilote, et a intégré à ses objectifs initiaux, le renforcement des capacités nationales en matière de coordination et de planification des ressources, ainsi que de collecte et de gestion des données. Le projet visait particulièrement le renforcement des capacités nationales pour:

  • fixer les priorités et identifier les besoins urgents, ainsi que les écarts financiers existant dans les différents domaines de la gouvernance nationale;
  • mobiliser, gérer, assurer le suivi et la coordination des ressources devant être allouées aux initiatives de gouvernance au niveau national;
  • faciliter la coordination des donateurs, la mobilisation des ressources et la programmation des activités tant au niveau régional que sous-régional.

Pour guider les consultants locaux chargés d'entreprendre la collecte des données sur les initiatives de gouvernance dans les pays participants et de maintenir une approche cohérente tout au long du processus de collecte et d'analyse des données, la DPADM a identifié aux fins de classification dix grands domaines de la gouvernance (voir Figure I). Elle a aussi élaboré un questionnaire comprenant quatre sections d'informations à savoir: types d'activités; classification des activités; ressources financières; et spécificités de projet. En vue de saisir les différentes perceptions de la gouvernance, UNDESA a passé en revue les programmes nationaux relatifs à la gouvernance présentés au premier Forum annuel sur la gouvernance en Afrique, qui s'est tenu en 1997, ainsi que les résultats et les contributions des experts de plusieurs réunions internationales. C'est à la suite de ce processus que l'IGA a été structuré pour enregistrer, trier, et rechercher les activités et les données financières relatives à la gouvernance par domaine de classification.

Figure - Grands domaines de la gouvernance


Les points focaux de l'IGA ont mentionné en 2002 la nécessité de transformer la base de données, initialement développée sur «Access», en site-portail sur l'Internet. C'est ainsi qu'un site-portail a été configuré en 2003 pour renforcer l'appropriation des Gouvernements et la constance dans l'efficacité de l'outil IGA


Aperçu de la mise en oeuvre de l'IGA

Depuis 1999, vingt-huit pays ont participé à l'IGA (voir le tableau ci-dessous), qui contient à présent des données descriptives et financières sur plus de 2,000 initiatives mises en œuvre en Afrique subsaharienne depuis 1980 dans le domaine de la gouvernance, et pour un montant total de plus de 10 milliards de dollars des États-Unis. La plupart de ces pays ont actualisé plus d'une fois leurs inventaires relatifs aux programmes de gouvernance. De plus, les modes d'organisation institutionnelle relatifs à l'IGA et son degré d'utilisation comme outil de gestion, varient d'un pays à l'autre.

Tableau - Mise en œuvre de l'IGA

ANNÉES
ACTIVITÉS
1999
  • La base de données est développée suivant le logiciel «Access»;
  • Les données des provenant de 13 pays participant à l'initiative pilote (Afrique du Sud, Cameroun, Éthiopie, Ghana, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Ouganda, Sénégal, Swaziland, Togo et Zimbabwe) sont traitées.
2000
  • La base de donnés est lancée officiellement au quatrième Forum sur la gouvernance en Afrique;
  • Les données recueillies dans les 13 pays qui ont participé à la phase de 1999 sont actualisées;
  • Les données sont recueillies dans 2 nouveaux pays (Bénin et Namibie);
  • Le Guide de l'utilisateur est élaboré.
2001
  • Les données des 2 pays qui avaient participé aux phases précédentes (Ouganda et Zimbabwe) sont actualisées;
  • Les données sont recueillies dans 5 nouveaux pays (Kenya, Nigeria, Rwanda, Somalie et Zambie).
2002
  • Les données des 7pays qui avaient participé aux phases précédentes sont actualisées(Ghana, Mozambique, Ouganda, Rwanda, Sénégal, Togo et Zambie);
  • Les données sont recueillies dans 4 nouveaux pays (Botswana, Mauritanie, Niger et Tanzanie);
  • L'Atelier sur l'IGA est tenu à Maputo au Mozambique.
2003
  • Les données de 4 pays qui ont participé aux phases précédentes sont actualisées (Bénin, Madagascar, Mali et Zambie).
  • Les données sont recueillies dans un nouveau pays (Isle Maurice).
  • L’IGA est reconfiguré comme site-portail sur internet; le nouveau guide de l’utilisateur est élaboré.
  • Un appui est fourni au Département de la fonction publique et de l’administration du Gouvernement sud-africain, par l’intermédiaire du « Centre for Public Service Innovation », aux fins d’analyse de « l’appui des donateurs à la réforme du secteur public », et s’inscrivant au titre des préparatifs de la 4e Réunion panafricaine des ministres de la fonction publique.
2004
  • Les données de 10 pays qui ont participé aux phases précédentes sont actualisées (Afrique du Sud, Cameroun, Éthiopie, Ghana, Kenya, Mozambique, Namibie, Nigeria, Ouganda et Rwanda).
  • Les données sont recueillies dans 3 nouveaux pays (Burkina Faso, Congo – Brazzaville et Gabon).
  • L’Atelier sur l’IGA est tenu à Banjul, en Gambie.

La deuxième phase de l'IGA

UNDESA a organisé un atelier de deux journées en avril 2004 à Banjul (Gambie) en vue d'examiner le processus régional engagé au titre du projet IGA. Tous les points focaux en matière de gouvernance qui ont participé à l'atelier se sont déclarés satisfaits de l'IGA et des possibilités qu'il offre pour la promotion des échanges et la diffusion de données portant sur les activités de gouvernance en Afrique.

Sur la base des recommandations faites lors de l'atelier et pour consolider les réalisations de l'IGA, le PNUD et UNDESA ont décidé d'entreprendre une deuxième phase du projet qu'a commencé en 2004. Durant cette phase, outre l'appui apporté traditionnellement au processus du Forum sur la gouvernance en Afrique, l'IGA visera aussi à contribuer à la réalisation des objectifs de gouvernance tels que fixés par le nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), particulièrement le renforcement du dialogue avec les donateurs et l'existence d'une base objective et fiable pour l'analyse de la performance de la gouvernance.

La deuxième phase de l'IGA a pour but de:

  • Elaborer les outils de formation sur la gestion du site-portail, procéder aux améliorations du système et assurer la maintenance du site-portail en ce qui concerne les initiatives de gouvernance aux niveaux tant local, national que régional en Afrique.
  • Renforcer la capacité des points focaux en matière de gouvernance, à fournir des données et des informations permettant aux gouvernements et aux différents partenaires de développement, de programmer, assurer le suivi et évaluer les initiatives relatives à la gouvernance; et de mieux coordonner et mobiliser les ressources externes affectées ou devant l'être à la gouvernance au niveau national.
  • Renforcer la capacité des gouvernements à coordonner les ressources allouées aux initiatives relatives à la gouvernance et à mobiliser des ressources externes supplémentaires.
  • Favoriser les échanges d'informations portant sur les initiatives réussies, les leçons à tirer, et les partenariats régionaux.
  • Renforcer les liens entre l'IGA et les différentes initiatives relatives à la gouvernance en Afrique, notamment le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique et le Forum sur la Gouvernance en Afrique.


Financement du projet

L' IGA peut grandement améliorer l'aptitude des donateurs, institutions spécialisées et organisations multilatérales à mieux répondre aux priorités des gouvernements dans les différents domaines de la gouvernance. À ce propos, les représentants des gouvernements africains et des organismes des Nations Unies ont à plusieurs occasions marqué leur satisfaction sur le projet, tel que le démontre l'appui du Gouvernement italien au co-financement de la première phase du projet. Il faut espérer que les donateurs vont se joindre au PNUD pour participer au financement de la deuxième phase du projet.


Autres documents sur l'IGA
Copyright 2008-2010 by UNPAN - United Nations Public Administration Network